S'initier aux sciences participatives à la campagne

Auteur avatarMaud Milliet | Dernière modification 23/11/2020 par Maud M.

S initier aux sciences participatives la campagne pollinating-bee-1494518889O0p-DomainePublic.jpg

Introduction

Peut-on aider les scientifiques à étudier la biodiversité, sans forcément être un.e spécialiste ? Oui ! Grâce aux sciences participatives ! Cette fiche adaptée à un environnement à la campagne propose une initiation aux sciences participatives inspirée du programme « Spipoll », du Museum National d’Histoire Naturelle, qui étudie les pollinisateurs. Elle offre une alternative aux groupes qui ne peuvent pas ou ne souhaitent pas utiliser internet pour identifier les espèces en ligne durant ou après leur sortie de terrain.
  • Fichiers

Étape 1 - Réunir le matériel

  • un paysage de campagne sauvage ou un parc avec une végétation abondante
  • une feuille de comptage de pollinisateurs, à télécharger ici et à imprimer
  • les fiches d’identification des grands groupes de pollinisateurs définis par Spipoll, à télécharger ici et à imprimer
  • des fiches d'identification complémentaires pour certains groupes à télécharger ici pour les hyménoptères, les papillons communs et papillons moins communs , et à imprimer
  • des feuilles de papier
  • des crayons
  • une montre ou un chronomètre
  • option : un appareil photo


Étape 2 - Réaliser les observations de terrain


  • Répartir les participants en groupes de 2 ou 3
  • Distribuer à chaque groupe une feuille de comptage, du papier, des crayons, et un exemplaire de chaque fiche d'identification
  • Observer le paysage pendant quelques minutes et repérer des zones qui attirent les insectes pollinisateurs (abeilles, bourdons, papillons…)
  • Poster chaque petit groupe devant un carré imaginaire de 1 mètre sur 1 mètre dans ces zones fréquentées par les pollinisateurs.
  • Pour chaque groupe, observer le carré choisi pendant 10 minutes
  • Dessiner ou photographier l’ensemble du carré et les principales plantes que l’on y trouve et sur lesquelles se posent les pollinisateurs (il est conseillé de confier la mission de « dessinateur » à une seule personne du groupe, les autres seront « observateurs »),
  • A l’aide des fiches d’identification, identifier chaque pollinisateur présent dans le carré ou arrivant dans le carré d’observation : quand cela est possible, identifier l’espèce (par exemple : « abeille domestique », « papillon vulcain »), sinon, essayer d’identifier le grand groupe auquel appartient le pollinisateur (exemple : « bourdon », ou « syrphe »), ou noter son allure générale selon les catégories du programme Spipoll (« Allure de papillon », « Allure de coléoptère »...), et inscrire le numéro de la photo ressemblant le plus à l’animal observé.
  • A chaque pollinisateur observé, compléter la fiche de comptage : inscrire dans une ligne le groupe ou l’espèce de pollinisateur observé (par exemple « Allure de mouche », « abeille domestique » ou « papillon blanc ») puis tracer un bâton dans la même ligne. A chaque pollinisateur de même allure observé, rajouter un bâton dans la même ligne. A chaque pollinisateur différent observé, commencer une nouvelle ligne en inscrivant le groupe ou l’espèce identifiée puis tracer au fur et à mesure de l’observation les bâtons correspondant aux nombre d’animaux identiques observés.
  • Si l’on utilise un appareil photo, essayer de photographier chaque espèce différente observée, sans oublier de noter sur sa feuille le numéro de chaque photo en face des lignes de comptage des animaux. Sans appareil photo, il est utile de dessiner les pollinisateurs observés, ou d’inscrire des informations importantes permettant de les identifier : quatre ailes, jaune à rayures noires, tête rouge, environ 3 centimètres de long… etc...


Étape 3 - Recueillir et comparer les observations

Chaque équipe

  • présente le nombre et la nature des espèces (ou groupes) de pollinisateurs observés
  • indique le nombre d'individus de chaque espèce (ou groupes) comptés
  • expose les dessins des plantes et animaux ou les photos réalisés pendant la durée d'observation




Comment ça marche ?

Observations : que voit-on ?

En fin d'activité, faire le bilan de chaque groupe et comparer les observations :

- Combien de groupes ou d’espèces différentes de pollinisateurs ont été observés ?

- Combien d’individus au total sont venus dans chaque zone d’observation pendant les 10 minutes ?

- Y-a t’il des points communs, des différences, ou des observations originales entre les différentes zones d’observation (quelles plantes présentes, une zone attire-t-elle plus de pollinisateurs que les autres, les espèces observées sont-elles les mêmes etc) ?

Mise en garde : qu'est-ce qui pourrait faire rater l'expérience ?

Il est difficile d'observer des pollinisateurs en hiver, ou lorsque le temps est pluvieux ou qu'il y a beaucoup de vent. Privilégier le printemps ou l'été et une météo clémente pour réaliser cette activité.

Explications

Les observations mettent en évidence les zones et les plantes qui attirent de nombreux pollinisateurs, les groupes ou espèces de pollinisateurs qui viennent le plus souvent se nourrir dans la zone étudiée, et lesquels sont les plus nombreux.

Plus d'explications

Les programmes de sciences participatives aident les scientifiques et les associations de protection de la biodiversité à collecter un grand nombre d’informations qui leur permettent d’étudier les espèces vivantes et leurs relations avec leur milieu : les écosystèmes.

Par exemple, ce type d’observations permet d’évaluer la diversité spécifique des pollinisateurs sur une petite zone, c’est à dire le nombre d’espèces de pollinisateurs différentes que l’on peut trouver en moyenne par mètre carré sur ce secteur. Lorsque la diversité spécifique est élevée, cela signifie que les plantes présentes dans ce carré fournissent suffisamment de nourriture pour accueillir des pollinisateurs nombreux et différents. Le comptage du nombre d’animaux de chaque espèce observée s’appelle l’abondance. On peut parfois observer un faible nombre d’espèces mais de nombreux individus d’une même espèce dans un secteur d’étude. Cela peut s’expliquer par exemple par la présence d’une plante qui attire surtout une espèce en particulier. La destruction de cette plante, sa protection ou sa multiplication, seront alors susceptibles alors d’avoir des conséquences très importantes sur les populations de cette espèce dans ce secteur.


N.B : Si des photos de pollinisateurs ont été prises, essayer d'identifier les espèces observées grâce aux fiches d'identification ou sur internet sur le site www.spipoll.org

Applications : dans la vie de tous les jours

Les organismes vivants sont souvent difficiles à étudier pour les scientifiques et les associations de protection et d’étude de la nature, car ils ne peuvent pas être partout !


Grâce aux programmes de sciences participatives, tous les citoyens peuvent aider à étudier et suivre la biodiversité, même si l’on n’est pas un spécialiste. Ces programmes proposent d’observer, parfois de compter, quelques espèces d’animaux ou de plantes et de communiquer ses observations aux personnes qui étudient la biodiversité.


Les informations collectées grâce à ces programmes aident à comprendre comment les animaux ou les plantes vivent, si certaines espèces ont tendance à devenir moins abondantes (exemple des abeilles et autres pollinisateurs en déclin), et de comprendre pourquoi (pollution, réchauffement, activités humaines qui perturbent parfois les espèces), ou si au contraire la biodiversité revient dans un endroit qui a été aménagé pour la faire revenir.


Cette activité est inspirée du programme de sciences participatives Spipoll, développé par le Museum National d’Histoire Naturelle. Elle permet de s’exercer à pratiquer les sciences participatives en développant sa capacité d’observation, sa concentration, sa rigueur scientifique, et de s’organiser pour travailler en petites équipes. Il sera alors plus facile aux participants de participer à un programme de sciences participatives.

Vous aimerez aussi

Éléments pédagogiques

Objectifs pédagogiques

  • découvrir les sciences participatives
  • s’exercer à respecter un protocole de sciences participatives
  • répartir les tâches dans une équipe
  • découvrir les pollinisateurs
  • s’initier à l’identification d’espèces à l’aide de fiches d’identification

Pistes pour animer l'expérience

Il est intéressant de proposer cette expérience dans le cadre d’une animation sur le thème de la biodiversité. Des expériences, des observations et des jeux sur la pollinisation pourront permettre d’approfondir l’exploration et de mieux comprendre le rôle des pollinisateurs dans les écosystèmes.On pourra aussi se pencher sur les différentes menaces qui pèsent sur les pollinisateurs en France : réchauffement climatique, espèces introduites (telles que le frelon asiatique), pollution, en particulier par les pesticides, et les conséquences de la raréfaction des pollinisateurs sur l’agriculture ou la diversité des espèces.

Cette activité a été adaptée du programme Spipoll, elle est particulièrement utile pour s’exercer avant de participer à un véritable programme de sciences participatives. Cette activité ne nécessite pas de matériel numérique ou complexe, et peut être réalisée dans un espace vert en ville ou à la campagne.


Après s’être initiés aux techniques de sciences participatives, il est intéressant de proposer au groupe de participer à Spipoll en suivant le protocole exact du programme, dont il existe une version spécialement conçue pour le jeune public et les scolaires. Pour cela il suffira d’équiper les participants d’appareils photos pour photographier les pollinisateurs sur une plante étudiée, et d’organiser après les observations de terrain un temps de travail sur ordinateur, pour que les équipes se connectent au site Spipoll et identifient les insectes photographiés sur le formulaire en ligne puis saisissent leurs données de comptage par espèce.

Sources et ressources

Consulter le site du programme de sciences participatives Spipoll, développé par le Museum National d’Histoire Naturelle  : https://www.spipoll.org/

Dernière modification 23/11/2020 par user:Maud M..

Commentaires

Published