Aspirateur à bestioles

Auteur avatarJoseph Combis | Dernière modification 10/07/2020 par Manue APD

Aspirateur bestioles carabe c Jardibiodiv.jpg
Qui sont les petits animaux du sol ? L’aspirateur à insectes permet d’observer de petits animaux qui vivent sur le sol, sans les blesser ! C’est un des protocoles scientifiques utilisés par le programme de sciences participatives JardiBiodiv. Créé en 2017, JardiBiodiv est un observatoire participatif de la biodiversité du sol, dont l’objectif est de faire avancer la science tout en sensibilisant les participant.e.s sur la petite faune du sol, largement méconnue. La participation active des citoyens et citoyennes de tout âge permet de récolter des données qui sont récupérées et traitées par des chercheurs. Ils peuvent ainsi évaluer les pressions sur la biodiversité de nos sols et mieux comprendre l’état de cette biodiversité des sols qui joue un rôle fondamental pour le fonctionnement et la vie des sols et des jardins.
Licence : Attribution (CC-BY)

Introduction

Facile à mettre en place, la chasse à vue par aspirateur à insectes est un protocole facile à mettre en place pour te permettre de capturer, sans les tuer, quelques petits animaux qui vivent à la surface de ton sol. Tu pourras ensuite les compter pour les étudier et savoir à quels groupes d’organismes ils appartiennent, avant de les relâcher ! Il ne te restera plus qu’à transmettre aux chercheurs tes données pour qu’ils puissent mieux connaître la biodiversité du sol en France. C’est donc une expérience qui va t’enrichir et qui va aussi aider les chercheurs ! Voici comment réaliser un aspirateur à insectes efficace et sans danger pour la biodiversité !
  • Fichiers

Étape 1 - Réunir le matériel

Pour commencer, rassemble le matériel nécessaire à l'expérience :

  • un tuyau PVC souple, d’aquarium ou de robinetterie (diamètre interne < 10 mm)
  • un petit bocal de 100 à 180 ml (en plastique) à bouchon à vis (plus le contenant est petit, plus il sera facile d’aspirer la quantité d’air pour aspirer assez fort pour récupérer les organismes)
  • de la gaze (compresse)
  • un élastique (ou du ruban adhésif)
  • de la pâte à modeler (ou pâte à fixer)
  • une paire de ciseaux (ou un cutter ou un couteau)
  • un clou et un marteau

Si tu as, tu peux utiliser aussi :

  • une loupe binoculaire ou un microscope USB
  • une boîte loupe
  • une imprimante



Étape 2 - Mettre en place l'expérience

Fabrique ton aspirateur à insectes :

  • Perce le couvercle du bocal : sous la surveillance d'un adulte, à l'aide du marteau et du clou, perce 2 trous dans le couvercle. Il faut que les trous soient assez grands pour permettre d'y faire passer le tuyau, mais pas trop gros pour assurer l’étanchéité du dispositif
  • Coupe deux morceaux de tuyau avec les ciseaux : le premier d'environ 30 cm et le second d'environ 50 cm
  • Fixe un petit morceau de gaze avec l’élastique ou du ruban adhésif sur une extrémité du petit tuyau, pour éviter d'avaler un insecte
  • Enfile chaque tuyau dans un trou, en positionnant l’extrémité avec la gaze à l’intérieur du pot. Ils doivent dépasser de quelques centimètres à l'intérieur du bocal. Si les tuyaux n’adhèrent pas complètement au couvercle, utilise de la pâte à modeler comme joint pour rendre le système hermétique. Cela permettra que ton aspiration soit assez puissante pour attraper des insectes.
  • Referme le pot avec le couvercle équipé des 2 tuyaux.





Étape 3 - Réaliser la manipulation

  • Délimite une zone où faire ta chasse à vue avec ton aspirateur à insectes.
  • Prends une photo du lieu choisi, cette étape est importante si tu souhaites participer au programme de sciences participatives JardiBiodiv (cf. étape 5).
  • Envisage des temps de chasse à vue de 15 minutes sur une zone délimitée.
  • Sur cette zone, prends le temps d'observer les organismes du sol en soulevant des pierres, des briques, des morceaux de bois, un tas de feuilles, du compost, du paillage... Les organismes du sol aiment être pour la plupart à l'obscurité et dans un lieu assez humide.
  • Récolte les organismes identifiés :
    • si les organismes sont rapides et plus petits que le diamètre du tuyau , aspire-les ! Pour cela : mets le plus petit tuyau dans ta bouche et plonge l’extrémité du plus grand tuyau au dessus de l’organisme observé. Aspire fort, de manière à ce qu’il soit piégé dans le pot de l’aspirateur à insectes !
    • si les organismes sont lents, sont plus gros que le diamètre du tuyau ou entourés de mucus comme les vers de terre et limaces, attrape-les à la main ou à l'aide d'une pince.
  • Ouvre le bouchon à vis avec précaution afin d’éviter que les animaux ne s’échappent. Dépose-les dans des récipients transparents (de préférence des boîtes loupe ou des boîtes de pétri). Combien de petits animaux du sol différents as tu pu observer pendant ta chasse à vue ?
  • Si tu le souhaites, tu peux refaire l’expérience plusieurs fois : cela te permettra de fournir des informations précieuses aux chercheur.se.s !
  • Si tu as réalisé plusieurs chasses à vue à différents endroits, tu pourras comparer les animaux récoltés : sont-ils les mêmes dans chaque bloc de sol ? En même quantité ?


Étape 4 - Identifier les organismes du sol

  • Observe chaque organisme à l’œil nu ou l’aide d’une loupe (ou une loupe binoculaire, un microscope USB...) et prends-le en photo.
  • Essaie d’identifier chaque organisme en te posant les questions suivantes :

· A-t-il un corps principalement « mou » ou « solide » avec exosquelette (coquille, carapace) ?

· A-t-il une taille supérieure ou inférieure à 2 mm ?

· A-t-il des antennes ?

· Combien a-t-il de pattes ?

· A-t-il des ailes (ou des élytres = ailes durcies) ?

· A-t-il un corps en une, deux parties ou 3 parties ?

· Si il a de nombreuses pattes : a-t-il un corps ovale étalé ou allongé ? A-t-il une ou deux paires de pattes par segment ? …

  • Retrouve le nom de tes organismes en t’aidant de l’annexe “Clés de détermination de la faune du sol” et des réponses aux questions précédentes. Tu peux aussi utiliser l’identification par l’image sur le site de Jardibiodiv. ATTENTION : les mouches, les moustiques et les papillons adultes ne font pas partie de la faune du sol, ils ne sont donc pas considérés dans le programme Jardibiodiv.
  • Note les organismes trouvés pour lors de ta chasse à vue et leur quantité en complétant l’annexe « Tableau de capture ». (facultatif)
  • Une fois observés et identifiés, relâche les petits animaux dans un lieu proche de celui où tu les as récoltés.

Étape 5 - Participer à JardiBiodiv

Il te reste à communiquer tes résultats (données et photos) à Apolline Auclerc, la chercheuse qui travaille sur le programme Jardibiodiv, en remplissant le formulaire “Jardibiodiv et les Petits Deb” qui te permettra de renseigner les chercheur.se.s sur les différents animaux que tu auras identifiés, mais aussi sur leur quantité dans ton sol !


Pour cela, deux possibilités (envoi en ligne ou par mail) :

  • ENVOIE TES DONNÉES EN LIGNE selon le protocole suivant :
    • inscris-toi [clique sur "Inscription" en haut à droite] ou connecte-toi sur le site Jardibiodiv, en renseignant le code (456789) lors de ta première inscription. (Si tu es déjà inscrit sans ce code, envoie un message à Apolline Auclerc (apolline.auclerc@univ-lorraine.fr) en lui précisant que tu réalises les expériences du wikidébrouillard. Elle activera le formulaire “Jardibiodiv et les Petits Deb” sur ton compte Jardibiodiv).
    • puis remplis le formulaire Jardibiodiv et les Petits Deb” dans l’onglet “ajouter une observation” (un formulaire par chasse à vue), dans lequel tu pourras renseigner :
      • le choix du protocole : sélectionne “ Aspirateur à insectes – chasse à vue”.
      • le lieu de ton piège (que tu pourras décrire), la date d'échantillonnage.
      • quelles petites bêtes sont dans ton piège : il te faudra les identifier.
      • le nombre d’individus par type d’animaux identifiés (ex 3 vers de terre, 5 fourmis, 2 iules…) : il te faudra les compter !
      • les photos de ton jardin, de ton piège, de ton sol et des animaux identifiés rappel : la taille de chaque photo doit être inférieure à 1M) : il te faudra les photographier.
  • Merci pour ta participation et ton aide aux chercheur.se.s et à la biodiversité du sol !




Comment ça marche ?

Observations : que voit-on ?

L'aspiration qu'on provoque avec sa bouche à travers le tuyau et le bocal est suffisamment puissante pour capturer de petits animaux dans le milieu naturel. Ils atterrissent dans le bocal sans être blessés, on peut alors les observer facilement à l’œil nu ou avec une loupe.


Grâce au la chasse à vue, on peut observer :

  • qu’il existe une grande diversité de petits animaux qui vivent sur le sol, dont on ne soupçonnait parfois pas l’existence ! Pourtant, chacun joue un rôle très important dans le fonctionnement de nos sols !
  • que la quantité et la diversité des petits animaux du sol que l’on récolte sur le sol peuvent varier d’un lieu à l’autre, même dans un même jardin, selon l’heure de récolte, la météo et le lieu (près d’un potager, d’une haie, au milieu de l’herbe...).

Mise en garde : qu'est-ce qui pourrait faire rater l'expérience ?

Attention à la météo lorsque tu feras cette expérience. S’il pleut beaucoup, ou si au contraire la terre est trop sèche, tu risques de ne pas attraper beaucoup d’animaux.



Cette expérience est basée sur l’observation d’animaux vivants, il se peut donc qu’il n’y ait peu ou pas d’animaux sur ton sol. Dans ce cas, tu ne pourras pas les observer mais ne pas avoir vu d’organismes est un résultat intéressant que tu pourras quand même transmettre aux chercheur.se.s ! En effet, n’avoir aucun animal qui se déplace sur ton sol peut donner un indice sur la qualité du sol et du milieu où tu as réalisé ton expérience.

Explications

L’aspirateur à insectes est une méthode simple et ludique pour apprendre à observer les milieux dans lesquels vit la petite faune qui vit sur le sol. Notons que cette faune de surface peut se déplacer la nuit (comme beaucoup de carabes) et donc être invisible pour l’humain. Cette opération permet d’identifier différents groupes d’organismes vivants sur le sol.


Une fois les petits animaux du sol récupérés et les différents groupes d’organismes vivant sur le sol identifiés, tu peux t'intéresser à leur abondance (= nombre d’individus d’une même espèce trouvés). Plus il y a d’individus différents, plus ton sol peut être considéré comme équilibré, en bonne santé.

Si tu n’as pas récolté des individus de tous les groupes présents sur la clé de détermination, c’est normal. Tous ne vivent peut-être pas dans ton jardin, ne circulent pas durant les mêmes heures, ou ne s’attrapent pas de la même façon ! Cette expérience permet simplement d’identifier la présence et l’absence d’une petite partie des organismes qui vivent sur ton sol. Plus tu diversifieras les types de pièges utilisés ( piège barber, bloc de sol, berlese…), plus ta réponse sera complète !


De plus, comparer des milieux différents entre eux reste également très intéressant pour évaluer les similitudes et différences et les lier par exemple à différents modes de gestion des sols.

Plus d'explications

Chaque espèce est importante car chacune joue un rôle dans le fonctionnement du sol. Certaines espèces décomposent la matière organique (=les végétaux et les animaux morts), d’autres servent à aérer le sol en y creusant des galeries par exemple, d’autres encore peuvent aider à la dissémination des graines... Chaque animal a un rôle très important, même les araignées et les limaces !


Par exemple les collemboles, les cloportes, tout comme les bactéries, les champignons, les vers de terre et bien d’autres décomposent les végétaux en mangeant leurs débris. C’est ce qui permet la fabrication de l’humus, la couche supérieure du sol. D’autres animaux en aérant le sol, permettent à l’eau de s’infiltrer dedans, comme les fourmis qui y creusent leur fourmilière ou les vers de terre avec leurs galeries.


Les petites bêtes, comme on les nomme familièrement, sont aussi la base alimentaire de nombreux autres animaux, comme certains mammifères ou les oiseaux (les insectes sont très importants pour la bonne croissance de beaucoup d'oisillons !).


Applications : dans la vie de tous les jours

Partir chercher et observer la petite faune du sol, celle de ton appartement ou dans ta rue est passionnant  ! C'est en capturant des êtres vivants que les scientifiques peuvent le mieux les étudier.

Pour bien comprendre le monde vivant, les scientifiques ont classé les êtres vivants. La classification la plus moderne et la plus juste d'un point de vue scientifique est la "classification phylogénétique", qui classe les formes de vie selon ces règles :

  • On range les espèces dans des "boîtes", les clades. Par exemple : les coléoptères forment un clade qui est inclus dans le clade des insectes.
  • On décrit une espèce par rapport à ce qu'elle possède (nombre de pattes, ailes, os...) et surtout pas par rapport à ce qu'elle n'a pas ni par rapport à ce qu'elle fait (il n'est donc pas correct de parler d'invertébrés par exemple, puisque tous les organismes "ne possédant pas de vertèbres" occupent en réalité des clades très variés de la classification).La classification reflète l'évolution des espèces, c'est-à-dire qu'elle raconte les liens de parenté et de descendance entre les espèces vivantes et fossiles.

Vous aimerez aussi

Découvrir les habitants du sol

Concurrents ou associés dans le sol

Décomposition d’une feuille au sol

Piéger la faune du sol

Observer la faune d’un bloc de sol

Éléments pédagogiques

Objectifs pédagogiques

Observer, quantifier (abondance) et qualifier (diversité) la faune visible et en surface du sol.

Sources et ressources

Classeur pédagogique “Jardibiodiv - la biodiversité du sol”, Les Petits Débrouillards et Apolline Auclerc.

Apolline Auclerc enseignante-chercheuse au Laboratoire Sols et Environnement - INRAE - Université de Lorraine - ENSAIA

Jardibiodiv, observatoire participatif de la biodiversité des sols : http://ephytia.inra.fr/fr/P/165/jardibiodiv

Présentation du programme jardiBiodiv : https://www.youtube.com/watch?v=CBwhVJJAyEI

Dernière modification 10/07/2020 par user:Manue APD.

Commentaires

Published